À table!

Par défaut

Chez les Mamour, la bouffe, c’est sacré.
Et depuis quelques temps, on n’arrête pas les expériences culinaires.

Je suis végétarienne depuis  presque quatre mois, le Zébie est allergique aux protéines de lait de vache.
 Ici, on n’est donc pas végétalien, mais presque.

Mon végétarisme étant récent, je n’ai pas voulu l’imposer aux enfants, ni à Chouchou. Je ne juge pas ceux qui élèvent leurs enfants selon leurs valeurs, je pense qu’en élevant nos enfants, on leur impose fatalement notre façon de voir les choses et certains de nos principes ou habitudes.

Si je l’avais été avant de devenir mère, la question aurait été différente. Mais là, c’est une démarche personnelle que j’ai choisi de ne pas imposer à mon entourage.

Etant donné que c’est moi qui prépare les menus, fais les courses et la cuisine, tout le monde mange végé la semaine. Hors de question pour moi de cuisiner de la viande ou du  poisson.
Mais s’ils veulent agrémenter leur plat de charcuterie ou d’un morceau de viande, libre à eux. Le week end, Chouchou dégaine le barbecue et s’en donne à cœur joie, les enfants se régalent.

On parle beaucoup de mon nouveau régime alimentaire avec Kiki, je lui en expose les raisons sans trop m’attarder, et j’aime plus que tout l’entendre me dire que quand il sera grand, lui aussi, il sera végétarien pour ne pas tuer des animaux.
« Mais cette vache-là, il faut la manger, hein, vu qu’elle est déjà morte !! » dit-il en enfournant son morceau de bavette …

Contrairement à la définition du végétarien, je ne consomme plus d’œufs.
La question s’est posée quand j’ai décidé d’arrêter la viande. Pour moi, un œuf, c’était un poussin en devenir. Il me semblait donc incohérent d’en manger.
S’en est alors suivi un débat sur les œufs non fécondés, qui m’a fait douter. Et je suis tombée sur un article qui parlait du traitement des poules. Naïvement, je pensais depuis des années bien faire en achetant des oeufs estampillés « BIO » et prétendument élevées en plein air. Dans ta face.
Je pensais vraiment que ces œufs là venaient de poule qui vivaient comme sur la photo de la boîte ….
Ecoeurée, j’ai cessé d’en acheter.

Une de nos voisines a des poules, et donc des œufs, et à la rentrée, je lui en achèterai avec plaisir. Je ne pense pas que j’en mangerai, mais je n’aurai pas de problème moral à les cuisiner pour mes hommes. Ses poules à elle sont comme celles de la boîte, mais en mieux.

Je ne suis donc pas (encore) végétalienne, mais mon végétarisme a de forts accents de végétalisme, étant donné l’intolérance aux Protéines de Lait de Vache du Zébie.

Tous mes desserts, pâtisseries, goûters et glaces sont vegan, pour qu’il puisse lui aussi en profiter. En revanche, il m’arrive encore d’ajouter du fromage de chèvre dans certains plats, ou de me taper une overdose de fromage de brebis pour ma « petite » collation du soir.

Je ne fais pas dans le prosélytisme, donc je ne développerai pas les raisons qui m’ont poussée dans cette voie, mais pour faire bref, disons qu’il s’agit d’une prise de conscience amorcée depuis des années, il m’aura fallu tout ce temps pour que ça fasse son chemin en moi, pour que je sois prête à assumer. Et il faut croire que j’ai bien fait puisque je n’ai aucun doute ni regret depuis bientôt quatre mois.

Pour les produits laitiers, au-delà de l’allergie du Zébie et de ma propre intolérance j’envisage de les supprimer aussi à moyen terme … C’est le souci quand on commence à ouvrir les yeux, on constate des choses atroces qui nous font remettre en question tout notre système de valeurs, d’habitudes, tout notre quotidien.
Nous vivons en Savoie, pays des patates, du fromage et du lard … J’aime le fromage presque autant que j’aimais la viande. Mais quand j’ai appris que pour faire ce délicieux fromage, il fallait séparer les veaux de leur mère afin de leur prendre leur lait, et que les veaux en question étaient envoyés à l’abattoir, que les vaches étaient inséminées encore et encore jusqu’à ce qu’elles ne soient plus bonnes qu’à crever … Comment vous dire que ça m’a laissé un arrière goût bien désagréable … Comme si j’avais mangé un clacos après des tomates, pour vous donner une idée.

J’y pense de plus en plus, et je sais que j’y viendrais.

 Le côté positif de ce nouveau régime alimentaire, c’est que je m’éclate plus que jamais derrière mes fourneaux. J’ai découvert de nouveaux aliments, de nouvelles saveurs, et virer la viande m’a tout naturellement et sans que je ne m’en aperçoive orientée vers une alimentation plus saine. Exit les brioches achetées à la boulangerie sur le chemin du boulot. Exit les pauses Kit-Kat/Bounty/Twix à 16h.

Je trouve dommage de n’avoir pas fait tout ça quand j’étais encore omnivore, mais je me console en me disant : mieux vaut tard que jamais.

 Au final, je me sens nettement mieux qu’avant, plus légère, je ne suis plus anémiée, je n’ai plus de souci de digestion, et même la balance m’est reconnaissante, tout le monde est heureux !

Bref, tout ce blabla pour amorcer cette rubrique, et vous prévenir qu’il n’y aura pas d’animal mort dans mes recettes.
Pas de lait animal non plus.
Mai du goût, beaucoup.
De l’originalité, un peu.
Du plaisir, énormément.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s